À propos de la dépression post-partum

Peut-être que votre accouchement a été rapide et facile et que vous êtes la personne la plus heureuse du monde. Mais ensuite, vous rentrez à la maison et tout change…

4 min de lecture

À propos de la dépression post-partum
Photo : Benjamin Combs on Unsplash

Pourquoi avez-vous seulement envie de pleurer ? Pourquoi êtes-vous soudainement inquiète pour tout ? Pourquoi l’allaitement ne fonctionne-t-il pas ? Pourquoi vous sentez-vous comme une mère moche ? Après l’accouchement, il peut être difficile de réaliser et d’admettre à vous-même, à votre partenaire et aux personnes de votre entourage que vous ne vous sentez pas bien. Vous vous sentez en colère, irritable et instable, et l’harmonie familiale attendue depuis longtemps se transforme en chaos avec des querelles et des larmes.

Vous ne savez jamais comment vous allez réagir lorsque vous aurez un bébé, que la vie quotidienne de parent sera une réalité et que vous serez censée être heureuse, satisfaite et capable. Et puis rien ne semble juste… Peut-être que les gens disent qu’être un peu sensible est normal, qu’il est naturel de penser que vous n’êtes pas adéquate. Mais que faire si c’est beaucoup plus profond que ça ? Si vous ne vous reconnaissez pas du tout et que vos pensées négatives ont un impact sur votre vie et sur votre relation avec votre bébé et votre partenaire. Peut-être êtes-vous entraînée dans une fatigue angoissante parallèlement à une sensation de stress aigu. Peut-être que votre bébé pleure beaucoup, que l’allaitement ne fonctionne pas, que vos mamelons sont douloureux et ne guérissent pas et que vous ne pouvez jamais dormir. Tout se transforme en cercle vicieux et vous vous sentez seule et effrayée. Comment allez-vous pouvoir faire face à tout cela ? Vous n’êtes pas du tout la maman sûre et stable que vous pensiez être. C’est comme si vous étiez coincée dans un trou noir duquel vous ne pouviez pas sortir. Un sentiment de défaite et de désespoir vous envahit et, finalement, la seule chose qui vous préoccupe, c’est que vous ne pouvez plus supporter cela, c’est impossible.

Si tel est votre sentiment, vous pourriez souffrir de dépression post-partum. Certains signes clairs sont que vous ne vous sentez jamais heureuse même si vous « devriez », vous perdez l’appétit et vous vous inquiétez exagérément à propos du bébé et de vos capacités en tant que mère. Les autres problèmes comprennent les difficultés de sommeil, la faiblesse, l’irritation et les tensions. Tout cela mène à la culpabilité, ce qui augmente le sentiment de spirale descendante. Beaucoup de femmes qui ont souffert de dépression post-partum disent que le sentiment d’impuissance et de désespoir pourrait être si fort qu’elles songent à se suicider.

Si vous souffrez de dépression post-partum, vous avez besoin d’une aide professionnelle. Le traitement comprend des conseils et parfois même la participation d’un psychiatre et un traitement aux antidépresseurs. Dans certains cas, vous devez être hospitalisée. La privation de sommeil pouvant être un facteur déclenchant de la dépression, il peut être conseillé de cesser d’allaiter afin que quelqu’un puisse prendre votre relève pour les nuits blanches et l’alimentation. Malheureusement, beaucoup de femmes et de couples luttent en silence face à ce genre de situation, car la dépression est encore souvent associée à la culpabilité et à la honte, malgré toutes les informations disponibles à ce jour. Osez parler de vos sentiments, de ce que vous ressentez et demandez de l’aide. Vous ne pouvez pas le faire vous-même. Si vous obtenez de l’aide, cela aidera également le reste de la famille.

Mais la chose la plus importante à savoir si vous souffrez de dépression post-partum, c’est que ça va passer, même si vous ne le croyez pas à ce moment-là. La dépression ne durera pas éternellement, l’amour et la joie de la maternité reviendront. Et rappelez-vous, vous n’êtes pas seule !

Source : Swedish Health Care Guide

Preggers

Révisé par Preggers