Peur de l’accouchement

Avoir peur fait naturellement partie de la vie, tout comme craindre la douleur. Mais les douleurs du travail peuvent aussi être ressenties comme une force positive, un moteur qui entraîne le corps et vous incite à vous concentrer sur la tâche à accomplir.

4 min de lecture

Peur de l’accouchement
Photo : Alexandra Gorn on Unsplash

Oui, ça fait mal de donner naissance à un enfant. La première étape consiste à accepter cette douleur comme faisant partie du processus. Mais la douleur de l’accouchement est aussi quelque chose de très spécial et d’essentiellement positif. Vous vous trouvez à la limite de quelque chose de grand et de complètement inconnu, il n’est donc pas étonnant que cela suscite de l’inquiétude en vous. Vous savez que cela va faire mal, mais en même temps, vous ne savez pas comment vous vous sentirez, de quel type de douleur il est question et comment cela va se passer. Pendant la grossesse, vous pourriez également avoir une grande peur que quelque chose puisse arriver au bébé pendant l’accouchement. C’est un instinct de protection naturel, tout désigné pour vous préparer à la maternité. N’oubliez pas que les enfants disposent de ressources incroyables pour gérer le stress d’un accouchement et que les complications graves sont inhabituelles.

Une autre préoccupation naturelle ou crainte est que vous perdiez le contrôle ou que quelque chose puisse vous arriver. De grandes perspectives s’ouvrent lorsque vous réalisez qu’une petite personne dépendra bientôt de vous, donc il est parfaitement normal de penser que vous devez être là. Avoir peur avant l’accouchement est à la fois commun et naturel. Apprenez à gérer la peur et à comprendre de quoi il s’agit, pour que cela ne devienne pas incontrôlable et ne prenne pas toute la place dans cette expérience. En comprenant et en acceptant votre peur, vous l’empêchez de basculer vers la panique, ce qui provoque du stress et nuit à vos conditions.

Préparez-vous à faire face à différentes peurs en faisant physiquement le contraire de votre première impulsion instinctive. Au lieu de vous tendre et de respirer rapidement et fortement, détendez-vous et respirez doucement, restez calme et silencieuse. Si vous avez pratiqué la technique, vous l’utiliserez efficacement pendant le travail. Le cerveau passe à un autre mode, la peur diminue et vous pouvez à nouveau vous concentrer. Voyez la douleur comme un outil, la puissance qui est là pour vous faire passer à travers l’accouchement. Essayez d’accepter la douleur comme un phénomène associé à une récompense — votre bébé ! Cela pourrait être une bonne idée d’assister à un cours Lamaze en guise de préparation avant l’accouchement, cela pourrait vous calmer considérablement, votre partenaire et vous, et vous serez mieux préparée pour l’accouchement de votre enfant.

Si vous souhaitez diviser la douleur en douleur biologique et en douleur émotionnelle, vous comprendrez mieux ce qu’il en est et vous pourrez également mieux vous préparer. Visualisez la douleur comme une période de 60 secondes : vous comprendrez alors qu’elle est limitée et non éternelle. Entre chaque contraction vient un repos, long au début, court vers la fin. Mais la contraction a toujours un début et une fin, aussi puissante soit-elle. Cette idée pourrait vous aider. La douleur biologique consiste en des récepteurs de la douleur et des nerfs dans le corps, transmettant la douleur au cerveau. La douleur émotionnelle diffère d’une personne à l’autre. La façon dont nous nous sentons émotionnellement affecte grandement notre perception de la douleur. Si vous êtes sujet à la dépression et à l’anxiété, votre perception de la douleur sera plus forte. Même chose si vous avez un manque de confiance. D’un autre côté, si vous vous sentez calme et en sécurité et faites confiance à votre environnement, vous pourrez mieux gérer la douleur. Si vous parvenez à penser « ça fait mal, mais ce n’est pas dangereux, je n’ai pas peur », la douleur devient gérable. La douleur du travail n’est pas comme les autres types de douleur, ce n’est pas une menace.

Si vous avez besoin d’aide pour soulager la douleur pendant l’accouchement, vous en avez tout à fait le droit et ce n’est jamais une défaite. Parlez à votre sage-femme et vous obtiendrez de l’aide pour vous préparer. Osez faire confiance à l’expertise du personnel durant l’accouchement lui-même. Rappelez-vous que la douleur de l’accouchement est une douleur significative et naturelle, qui vous aide à réunir de la puissance, à vous concentrer et à accomplir votre travail.

Preggers

Révisé par Preggers