À quoi ressemble la douleur du travail ?

Est-ce vraiment douloureux d’accoucher ? Il est difficile de décrire la douleur du travail. D’un côté, elle est grande et puissante, de l’autre, elle est fonctionnelle, motivante — et passagère.

Ingela Ågren

3 min de lecture

Révisé par Ingela Ågren

sage-femme diplômée

À quoi ressemble la douleur du travail ?
Photo :Preggers

Nous parlons habituellement de douleur aiguë ou chronique, mais la douleur du travail n’est ni l’une ni l’autre et diffère complètement des autres types de douleur. À travers l’histoire, nous avons appris que la douleur signifiait un danger, la mort ou la maladie. Mais les contractions qui induisent un accouchement sont un signe de quelque chose de positif. Ce que vous attendez et souhaitez est enfin sur le point d’arriver !

Aucune autre douleur n’a un message positif comme la douleur du travail. Il n’y a pas d’autre condition similaire où la douleur va et vient et où vous avez la chance de faire une pause, de vous reposer, de vous détendre et de rassembler de l’énergie pour faire face à la prochaine vague. En d’autres termes, la douleur du travail est spéciale. Si ce n’était pas le cas et si les femmes n’étaient pas capables de la supporter, la reproduction n’aurait pas fonctionné et la race humaine n’aurait pas survécu. Si vous attendez votre premier bébé et vous inquiétez, pensez à toutes les femmes qui ont choisi de le refaire une fois de plus, ou même à plusieurs reprises.

C’est naturel d’être nerveuse avant l’accouchement. C’est douloureux d’accoucher, c’est indéniable, préparez-vous donc et apprenez-en autant que vous le pouvez sur les différentes étapes de l’accouchement. La préparation la plus importante est de gérer la douleur et d’y faire face, ce qui rend encore plus important de savoir à l’avance ce qui se passe dans le corps lors de l’accouchement. Il est également conseillé de lire et d’interroger votre sage-femme sur les différentes formes de soulagement de la douleur. Aujourd’hui, les mères jouent un rôle actif dans le choix du soulagement de la douleur. Mais comme vous ne savez jamais comment se déroulera l’accouchement, il est bon de ne pas décider trop à l’avance. Essayez de consulter la sage-femme quand cela se produit et rappelez-vous que vous ne pouvez contrôler l’accouchement que dans une certaine mesure.

Une façon de faire face à la douleur est de faire des sons et de crier. Cela peut vous faire du bien, mais c’est très différent d’une femme à l’autre de crier ou non. Crier de panique n’est jamais bon, vous allez vous crisper et résister, puis vous perdrez beaucoup d’énergie. Mais crier pourrait également détendre votre abdomen et votre vagin et laisser échapper la pression. Cela pourrait être bien si vous craignez que cela aille trop vite lorsque vous poussez pour faire sortir votre bébé. Si vous voulez maximiser l’effet de vos poussées, mieux vaut crier à ce moment-là.

Il semble y avoir quelque chose qui fait que les femmes qui ont eu un bébé oublient ensuite la douleur. Également, plusieurs disent rétrospectivement que la douleur et le travail étaient une sensation exaltante lorsque la douleur est apparue par vagues de plus en plus puissantes, mais que cela allait tant qu’elles pouvaient se détendre et se concentrer sur la respiration entre les contractions. La sensation pendant la phase de poussée, lorsque le corps prend le relais et qu’il est impossible d’arrêter ce qui se passe, peut sembler pénible, mais en même temps incroyablement fascinante. Et puis, vous aurez votre récompense !

Ingela Ågren

Révisé par Ingela Ågren

sage-femme diplômée